Infos Carrière

Faut-il rattraper en cachette le travail bâclé d'un collègue et couvrir ses erreurs ?

Dilemme : un de vos collègues au sein de votre emploi tertiaire a fait une boulette. Faut-il le couvrir ? Réparer ses erreurs ? L'essentiel est de veiller à ce qu'il ne reproduise pas ce comportement au quotidien dans son emploi service. Des conseils pour faire face à ce type de situation sur Sourcea.

« Tout le monde peut être confronté à une erreur dans son emploi service », explique à Sourcea Carine Grzesiak, consultante conseil et coaching pour le cabinet de recrutement Aravati France, « il faut absolument éviter de se mettre en posture de juger l'autre car personne n'est à l'abri de ce genre de chose ». Pour autant, couvrir l'erreur d'un de vos collègues commercial sédentaire n'est pas forcément une bonne idée. Dans un contexte professionnel, le mieux est d'apporter son soutien à la personne qui a commis l'erreur, à condition, bien sûr, que ce ne soit pas récurrent. Quand une boulette a été faite, le mieux, c'est que l'on puisse s'en rendre compte. Pour cela, il faut un climat de confiance entre collègues, que la stigmatisation des erreurs empêchera de créer. Il faut surtout éviter de juger et de s'attaquer directement à la personne. Ce qu'il faut, c'est cibler le problème qui a amené à l'erreur et essayer, à partir de là, de dégager des solutions pour éviter que cela se reproduise.

Aide à l'autonomie


Quand un collaborateur a commis une erreur dans son emploi tertiaire, le mieux est de donner les moyens à la personne de gagner en autonomie dans son emploi, de dépasser l'erreur qu'il a effectuée et d'apprendre à ne plus faire ce type d'erreur. Mais couvrir la personne est dangereux, car elle risque de recommencer en se disant qu'elle a un soutien. Dans le cas d'un travail bâclé, c'est particulièrement vrai. La personne a peut-être manqué de temps, n'a pas su s'organiser, mais elle n'apprendra pas à être efficace dans son travail de commercial sédentaire si quelqu'un repasse sur son travail systématiquement. Une erreur, un travail bâclé peut cependant s'expliquer par une situation spécifique : des problèmes familiaux concomitants à un gros dossier au travail, des problèmes de santé, une surcharge de travail qui n'avait pas été anticipée. C'est pour cela que la discussion est primordiale pour décider de la marche à suivre. Il existe cependant des personnes qui sont sciemment de mauvaise volonté.

Faire face à l'urgence


Dans tous les cas, s'il y a une urgence sur un projet collectif porté par l'équipe, il est envisageable de travailler avec la personne pour rattraper le travail bâclé, mais il faut éviter de le faire à sa place : elle n'apprendra rien et ne se sentira pas responsabilisée. Si vous sentez que la personne s'en fiche, et que son emploi vendeuse compte peu pour elle, il ne faut pas hésiter à l'avertir que vous ne la couvrirez pas deux fois. En cas de récidive, vous pourrez aller voir la hiérarchie sans complexe : il ne s'agit pas de délation car vous aviez prévenu la personne concernée.


Copyright © StepStone GmbH 1996 - 2014