Infos Carrière

Auvergne: la région n'attend que vous

Avec un taux de chômage inférieur à la moyenne nationale, la région Auvergne, longtemps restée discrète, a choisi de faire parler d'elle car ses entreprises peinent à recruter certains profils. Et elle met tout en œuvre pour gagner en attractivité. 

Au 3e trimestre 2013, quand le taux de chômage en France était de 10,5 %, l'Auvergne affichait un chiffre de 9,4 %. Toutefois, la région souffrait encore d'un manque d'attractivité. Une tendance qu'elle s'emploie à inverser et pour ce faire, les opportunités à mettre en avant ne manquent pas. "Le tourisme recrute car l'activité est en forte hausse depuis les quatre ou cinq dernières années, car la région a compris que le rural n'était pas une destination par défaut. En 2004, il y avait ici quatre hôtels quatre étoiles seulement. Nous en comptons trente aujourd'hui", indique Jean Pinard, délégué général d'Auvergne Nouveau Monde. Ainsi avec ce secteur, ce sont les métiers de l'hôtellerie et de la restauration qui recrutent. Le tourisme a d'ailleurs fait gagner 1,5 point de PIB en six ans au territoire et a créé pas moins de 2 500 emplois. Et pourtant, il rencontre toujours des difficultés à pourvoir l'ensemble des postes proposés. Mais il n'est pas le seul. "En Auvergne, les secteurs porteurs sont l'aéronautique, l'industrie pharmaceutique et les nouvelles technologies. Nous serons d'ailleurs la première région a être entièrement couverte par le très haut débit, d'ici 2017", explique Pascal Guittard, directeur de l'agence régionale de développement des territoires d'Auvergne. "L'industrie, quant à elle, recrute soit des cadres de très haut niveau, soit de la main d'œuvre qualifiée pour le travail à la chaîne", précise le délégué général. Et la région semble tout à fait propice à un changement de vie.


Et si c'était un nouveau départ ?



"Beaucoup de gens viennent rebondir dans la région, principalement dans le tourisme. Il y a ceux que la qualité de vie indéniable attire, et ceux qui reviennent au pays, affirme Jean Pinard. Qui dit plus petite région dit aussi gros réseau. C'est ici très facile de s'en faire un et d'en profiter, les gens lient vite connaissance et on se fait rapidement connaître. J'ai moi-même vécu à Bordeaux, et la taille de la ville ne génère pas les mêmes pratiques sociales". La région a su mettre en place des dispositifs adaptés aux personnes qui souhaitent changer de vie. L'an dernier, l'agence régionale de développement des territoires d'Auvergne lançait l'opération "New Deal", née d'un constat : les entreprises avaient du mal à recruter certains profils, comme par exemple les chaudronniers. Cette initiative a donc été créée car la région n'était pas perçue comme créatrice d'emplois, avec pourtant un taux de chômage inférieur à la moyenne nationale. Sauf que la question de la mobilité n'est jamais évidente. C'est pourquoi, afin de limiter les risques et d'encourager les gens à rester, New Deal propose 100 offres d'emploi avec un logement pendant trois mois, ce qui correspond en moyenne à une période d'essai. "55 postes ont été pourvus l'an dernier et cela nous a aussi permis de nous repositionner au niveau national. La somme de 500 euros, allouée pour les loyers, peut aussi être utilisée pour permettre aux familles de rendre visite à la personne pendant cette période, précise Pascal Guittard. Nous avons réitéré l'opération cette année et une centaine d'entreprises ont participé. Actuellement, 130 postes ont été pourvus. Le bilan est donc très positif". Et les porteurs de projet ne sont pas en reste : dispositif exclusif au niveau national et calqué sur le principe des résidences d'artistes, des résidences d'entrepreneurs ont vu le jour, avec pour but de permettre au futur créateur ou repreneur de mener à bien son projet professionnel en Auvergne. Sont pris en charge ses frais de déplacement et d'hébergement, et une rémunération mensuelle peut même lui être proposée le temps de démarrer son activité.


Aubert et Duval, Michelin, et les autres



"Il faut savoir que la ville d'Yssingeaux dispose d'une école unique en France qui forme au packaging du luxe, accessible en Bac professionnels ou post Bac. Il y a un vrai savoir-faire sur toute la manufacture en Auvergne, pointe Jean Pinard. Je pense qu'une personne sans emploi aura un peu plus de chance ici qu'ailleurs, en particulier si c'est un jeune, mais ce sera difficile quand même, sinon ça se saurait !". Et le directeur de l'agence régionale de développement des territoires d'Auvergne d'ajouter qu'encore trop de gens ne se doutent pas que Clermont-Ferrand représente une agglomération de 400 000 personnes. "Le réseau de PME est très important et nous comptons de grandes entreprises également comme Constelium, Aubert et Duval, et Michelin". Mais si la région gagne 17 000 nouveaux habitants chaque année, ce n'est pas uniquement pour ses opportunités professionnelles.


25 mètres carrés à Paris = une villa en Auvergne



"Je pense que la qualité de vie sur place fait la différence. La région représente d'énormes avantages comme un pouvoir d'achat conséquent, un plus grand logement que dans beaucoup de territoires, une bonne qualité de l'air… ", lance Pascal Guittard. Il explique qu'auparavant, ces points forts étaient peu véhiculés. "Je ne sais pas si la région communique plus aujourd'hui, mais elle le fait surtout de manière plus intelligente. Nous avons beaucoup réfléchi sur les valeurs sur lesquelles nous souhaitions nous positionner. Les territoires comme le nôtre sont à la mode grâce à la qualité de vie qu'ils offrent", poursuit-il. En effet, on peut tout à fait vivre dans le centre de Clermont-Ferrand et se retrouver en pleine nature à seulement 10 minutes. Pour Jean Pinard, c'est d'ailleurs cette qualité de vie qui génère de la performance. Il explique en effet que le programme Auvergne Nouveau Monde repose sur le fait que cette région n'a jamais été dans l'excès généré par la société de consommation. "Le monde d'après crise devra réduire ses excès. Ici, c'est parce que rien n'a changé que cela change tout. Le nouveau monde c'est celui dont on s'est un peu moqué mais qui est en capacité d'afficher ses valeurs, sa compétitivité". À cela viennent s'ajouter un coût de la vie au quotidien moins conséquent qu'à Paris, mais aussi à beaucoup de villes de province. "Aujourd'hui, on peut se demander quel est, pour un salarié, l'intérêt de rester dans une grande ville alors qu'ici, pour un loyer de 800 euros, vous avez une maison, s'interroge Pascal Guittard. À Paris, c'est impossible". Et Jean Pinard précise que la population est prête à vous tendre les bras. "Nous avons sur place une vraie politique globale d'accueil des populations. L'image de l'Auvergnat un peu bourru est définitivement derrière nous !".

 Julie TADDUNI

Copyright © StepStone GmbH 1996 - 2018 Google+